• 03_IMG_7807
  • 04_COCHLEE
  • 05_LOCHE_LARGE copie
  • 06_IMG_8340
  • 01_IMG_4213
  • 02_AIMG_1693
  • 02_IMG_1691

Matins d’Ariège Stéphane Marin (Espaces Sonores)

 

cat: gal 0122
date:  6 aug 2015
 
time: 39:57 

download as:

AIF [361,0 MiB]

MP3 [132,4 MiB]

Matins d'Ariège Listening to a soundscape means to engage with the historical and geographical specificity of a landscape through a sonic practice. As George Revill has written, “such an approach is informed by a recognition of the always already context dependence of communicative utterance and a notion of sensing as simultaneously affective and reflective, an embodied process of making sense”. This is a perspective that emerges from many soundworks focused on an “intimate, elementary and ecological auscultation” of a place, as Stéphane Marin’s “Matins d'Ariège” is.

This work can be defined as an attempt to draw “a kind of non-nostalgic "souvenir" which invites the listeners to experience the specific vibrations and the deep energy wich overfows from these simple rural sonic spaces”, as Marin writes. The author tries here to “to share another angle of listening, another "regard", on an intimate countryside world. This landscape that seems familiar at first glance but only before the phonographic framework offers us the vision of a less generic rurality, more dramatic, more fantasmatic, more powerful”.

“Matins d'Ariège” is a binaural work floating between abstract and concrete atmospheres, built on different composition techniques: raw and recomposed field recordings. It opens an imaginary space where it’s possible to deal with the possible sonic worlds activated by a listening process created in a specific place, Ariège in the Pyrenees mountains. A place “to be (in France) for decreasing”, one of the infinite small corners where to ask about planetary processes of capitalism: “Would you take the time to decrease with us all the way to the end?”

Notes from the artist  MATINS D'ARIÈGE is an intimate, elementary and ecological auscultation of the place I used to live in Ariège (Pyrénnées - France). A kind of non-nostalgic "souvenir" which invites the listeners to experience the specific vibrations and the deep energy wich overfows from these  simple rural sonic spaces.  I'm trying here to share another angle of listening, another "regard", on an intimate countryside world. This landscape that seems familiar at first glance but only before the phonographic framework offers us the vision of a less generic rurality, more dramatic, more fantasmatic, more powerful !  This binaural work is balanced between abstract and concrete sonic propositions and between "raw" and recomposed field recordings. All the tracks are linked with one (or more) of our (western) 4 elements.  Ariège is the place to be (in France) for decreasing... Would you take the time to decrease with us all the way to the end ? Really… to the end ?!.

 ///////// Matins d'Ariège is carbon-free…  No plane and no car have been used to record it !  All recordings were made between 2013 and 2014 in the village of  Fabas (Parc Régional des Pyrénnées Ariégeoises, France)  mostly with binaural or contact microphones :  please experience it (only) on your (best) headphones ! "Matins d'Ariège" was composed between october 2014 and february 2015.  

/////////  Thanks to Enrico Coniglio, Patrick Mc Ginley, Daniel Crockaert, Pali Meursault, Marc Namblard, Felix Blume, Miguel Isaza, and Luis Antero for their careful listenings and their precious reviews.

 /////////  http://www.espaces-sonores.com/ Recording / Composition / Mastering / Photos : Stéphane MARIN

 /////////  On the border between listening to the soundscape and "in situ" compositions, in the porosity proposed by a work who rubs the real, Stéphane MARIN's artistic, ecological and spiritual paths approching each day a little closer to the silence.

 

Creative Commons License
Matins d'Ariège by Stéphane Marin is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.
Permissions beyond the scope of this license may be available at http://www.galaverna.org.

REVIEWS

BEACH SLOTH

On “Matins d’Ariège” Stéphane MARIN takes the listener on a journey. This is not a metaphor this is the literal description. By letting the pieces simply represent their environments every beautiful and ugly sound the work feels like a series of moments. Editing throughout the pieces is crisp and the careful work documents the most important steps. With these pieces nicely working together what develops is a sense of narrative told through natural organic sound. The bouncing mechanical sounds that define “Bourrasques” feel particularly tactile. From the large door sounds to the careful zipping up to the birds songs everything feels oddly inviting. By far the highlight of the collection is the expansive expressive work of “Trois averses”. At times it becomes impossible to dissect exactly what is making such incredible sounds. Instead the simple soothing nature of it makes the piece compelling as does the quieter gentler moments. For “Bourrasque” the singular focus of the sound makes it divine. Nearly silent is the contemplative microscopic aural snippets found on “Dégel”. Volume is a must as the sounds bounce against each other ever so slowly and gently. Offering a sense of duality (of loud/silent) is the economic “Brûle la nuit” which closes off the collection. By letting the small sounds say such great things Stéphane MARIN displays the power of tiny gestures on “Matins d’Ariège”.

PRIVATE REVIEW by Pedro Montesinos

"Quand on commence à écouter "Matins d’Ariège", de Stéphane Marin ( Galaverna | approaching post-digital sound 2015­08­06) on plonge dans une expérience très particulière, tant par la technique binaurale de l’enregistrement (très réaliste et subtile, spécialement ­mais non exclusivement... ­ quand on utilise un bon casque), que pour l’objet à qui il est consacré: l’écoute créative de l’environnement. Dès les premiers sons, on démarre un parcours, en sept morceaux, qui nous mène par différents jeux de captation des sons, de l’acoustique des espaces à l’écoute environnementale de la nature. Mais aussi, ce travail nous permet un genre de dérive par le biais de notre mémoire propre, par nos expériences personnelles des environnements sonores et, finalement, par notre relation avec la nature même. Les arbres, la pluie et le vent; les oiseaux, les grillons et les mouches; mais aussi la maison, les fenêtres, les rideaux ou les moteurs des véhicules lointains, sont entendus, écoutés, enregistrés, traités, composés et mixés pour suggérer des endroits à la fois réels et imaginaires, pour récupérer des émotions vécues et presque oubliées, pour nous dévoiler des réflexions ouvertes. Parfois, on peut aussi tomber dans le délire qui nous mène dans un nouveaux paradis: celle de l’écoute active et libre où les sons peuvent se mélanger, s’opposer, se ressembler ou ne montrer qu'une part de soi, avant de disparaître ou de revenir complètement. Les fenêtres de “Bourrasques” frappent, abruptes, les oreilles en même temps que nous abritent des vents. Dans “Trois averses”, les différentes intensités des pluies nous éclaboussent ici et là. La rumeur du vent entre les branches et les feuilles des arbres et des arbustes grattent nos oreilles dans “Bourrasque”. La percussion sourde et imprévisible sort de son confinement pour se trouver avec les mouches et les oiseaux en plein air dans “L’Inquiet”. Les pas sur le terrain se fondent avec le frottement des arbustes dans “Bourre”. Le presque inaudible chant de l’eau et le seau dans un puits imaginaire de “Dégel”. La pluie et le feu entremêlés, avant la sortie des oiseaux de “Brûle nuit”. Chacun, et tous ensemble, constituent, une invitation à l’imaginaire, et nous ramènent également à l’écoute des sons de l’environnement réel et partagé. Un matin, loin des urgences bruyantes, cacophoniques et sur-saturées de la vie urbaine." 

MUSIC WON'T SAVE YOU

Il soundscaping non è semplice descrizione superficiale dei luoghi, né descrizione di immagini statiche: è invece una fotografia in movimento, derivante da prolungata esposizione, che reca in sé non soltanto componenti “événementiel” bensì tracce della storia naturale e umana del luogo che intende rappresentare. Da questo approccio ha tratto le mosse lo sperimentatore francese Stéphane Marin per i quaranta minuti di “Matins d’Ariège”, che attraverso una combinazione di materiale sonoro concreto e astratto intendono offrire una particolare prospettiva dei luoghi pirenaici propri della biografia dell’artista. Suoni atmosferici e field recordings naturalistici, oltre a una congerie di rumori e frammenti acusmatici popolano le sette istantanee delle quali si compone il lavoro che, appunto come fotografie, sono il frutto di tempi di esposizione sonora diversi e come tali sono presentate, in brani che vanno da nemmeno trenta secondi a oltre un quarto d’ora di durata. Sature burrasche meteorologiche e sequenze di elettricità statica, estatici canti d’uccelli e vibrazioni sinistre popolano l’intero itinerario descritto da “Matins d’Ariège”, non uniforme al pari del territorio descritto, cristallizzato in microcosmi auditivi tale da mantenere elevata l’attenzione dell’ascolto. Il soundscaping di Marin risulta così in una rappresentazione dinamica, spogliata da ogni affettazione romantica ma non per questo fonte di soli stimoli intellettuali.

SYNTONE

Avertissement – Lectrices, lecteurs, écoutez donc Matins d’Ariège avant de lire ce qui suit : y sont décrits des secrets de fabrication que vous n’apprécierez que si vos oreilles s’en sont d’abord passées. Et si vous avez un casque à proximité, utilisez-le, afin d’entendre le son dans toute sa spatialité et sa matérialité. D’emblée, Matins d’Ariège nous fait basculer dans un autre corps. Nous devenons une maison dont quelqu’un ferme, l’un après l’autre, les lourds volets, pendant que dehors la bourrasque fait rage. À moins que nous ne soyons ce quelqu’un – l’auteur ? – ou bien un fantôme distinct, entré par effraction via une brèche sonore. Peu importe. Soudain nous respirons au rythme de ces ouvertures et fermetures au vent. De nos oreilles il est à peine question. Nous sommes engouffré⋅e⋅s dans la matière, le métal tambouriné par la tempête, les bois qui grincent, qui glissent, les blocs d’air qui foncent, inlassables, les protections où l’on s’emmitoufle. Puis un volet s’ouvre sur l’accalmie et les textures fines, bruissantes, du matin. Vous voulez du paysage sonore rural, nous dit Stéphane Marin, en voilà un peu. Mais juste le temps de récupérer votre souffle et de vous préparer aux averses qui arrivent – ou plutôt, à tout ce qui se passe à l’intérieur de ces différentes averses. Est-on dans du field recording ou dans un rêve, dans le village de Fabas ou dans une fiction ? Tout cela en même temps. Chaque objet, chaque geste, chaque élément de l’atmosphère, chargé d’une longue histoire humaine, est un point de départ vers l’imaginaire. Matins d’Ariège est la dernière parution du netlabel1 italien Galaverna, dont « l’objet principal est d’introduire le concept de décroissance dans le milieu de la musique ». Une seule parution par saison, en haute qualité numérique, qui donne longtemps à écouter et à songer. Stéphane Marin, qui définit sa démarche comme « artistique, écologique et spirituelle »2, était tout indiqué pour livrer celle de l’été 2015. Par ailleurs fondateur de la compagnie Espaces sonores, spécialisée dans les « créations sonores contextuelles », il propose ici « une intime auscultation élémentaire d’un ancien lieu de vie ». Les prises de son binaurales, par hydrophones et micros contact font partie de ses outils pour réaliser ce portrait narratif d’un hameau qui chamboule les frontières du field recording. Sept pistes au rythme et à la temporalité propres (de vingt-huit secondes à plus de quinze minutes), employant des techniques distinctes (« des prises de son brutes ou recomposées »), et qui se font écho de multiples manières. Stephane_Marin_Matins_d_Ariege_Averses_CC_by-nc-nd_big Stéphane Marin, « Averses », Creative Commons by-nc-nd Mais revenons aux averses. Trois, nous dit le titre de la piste, comme dans un traité de typologie pluviale. Et elles sont en effet l’occasion d’expérimentations scientifiques et musicales. L’approche, attentive aux tonalités diverses de la pluie selon sa dynamique du moment et selon les matériaux qu’elle rencontre, fait songer notamment au travail de Luis Antero autour des rivières et ruisseaux3. Un micro binaural sur la tête du compositeur, deux hydrophones posés sur différentes lattes d’une chaise en bois, le tout relié à une petite console de terrain qui a permis de mixer leurs amplitudes respectives en direct4. Il nous semble entendre simultanément chaque goutte distincte et l’averse dans son ensemble – avec l’impression d’entrer ainsi dans les entrailles des éléments, dans leur mécanique secrète. Ici la pluie, avant, l’air, ensuite la terre et le feu. Les gestes les plus simples deviennent des évènements gigantesques dans cette cosmogonie du quotidien : une bâche tendue dont on vide l’eau et c’est tout l’espace sonore qui se recompose. Stéphane Marin est à l’affût de ce qu’il nomme « la poétique de la banalité ». Matins d’Ariège tisse des mystères et des évidences – le moindre son plein à craquer de toutes ses significations possibles et des mille narrations, acoustiques, géologiques, animales, émotionnelles, sacrées, qui le lient aux autres sons. Charge à celle ou celui qui écoute d’inventer le rituel où ils prennent place. C’est cette charge mythologique sous-jacente, jamais explicite, qui distingue par exemple « Dégel », où l’on entend le travail de la glace au printemps, des compositions sur le même thème d’Andreas Bick ou Marc Namblard : la couche gelée dit autre chose que sa musicalité ou sa dynamique, mais elle nous laisse libres de deviner ou d’inventer cette autre chose. La densité et la matérialité de Matins d’Ariège sont une affaire de micros, mais tout autant, sinon davantage, de symbolique. « L’inquiet » est particulièrement représentatif à cet égard : au cœur de la composition, la piste introduit un affect explicitement nommé, mais reste mystérieuse tant dans sa fabrication que dans l’interprétation à y apporter. La captation est l’une des plus retravaillées en studio : c’est le son, filtré et spatialisé, d’un lapin préoccupé par la présence d’un micro stéréo devant son clapier. Mais de savoir cela n’arrête en rien le questionnement produit par l’écoute. Est-ce une rime acoustique avec la glace du dégel ? Est-ce un moment du récit que l’on n’aurait pas encore saisi ? Plus l’on écoute et moins l’on sait, car c’est à nous de construire et déconstruire sans cesse ce récit. L’écoute se modifie au fil du temps : on réentend et on interprète différemment la piste précédente en fonction de celle qui se déroule. Les motifs reviennent, se font écho, se transforment mutuellement. Les craquèlements du feu résonnent comme des gouttes d’eau. Et puis tout à coup, le silence. De cela non plus on n’est pas sûr⋅e d’abord : peut-être le feu chuchote-t-il ? Peut-être n’écoute-t-on pas encore assez ? Peut-être faut-il plonger plus loin dans le son pour entendre ? Mais le lieu depuis lequel on écoute resurgit, et nous semble masquer ce qui se passe de l’autre côté du casque. Le silence fait pleinement partie de la composition, il s’y insère comme une épreuve initiatique, une ultime façon d’engager l’autre dans l’écoute. Et « celles et ceux qui savent aller au bout du silence », dit Stéphane Marin, qui savent « laisser courir la bande », tomberont sur son « invitée d’honneur, le symbole de la décroissance » : une limace occupée à franchir un micro contact. http://syntone.fr/songes-enfouis-des-matins-dariege 

THEATRE OF NOISE

It begins with a juddering of a window being buffeted in the wind, and then we are sucked out into a squall, wind swirling about us. To lock out the gale we slam doors closed, slide bolts on their supports, and latch squeaky shutters. Thunderous impacts alternate with the howling gale in a procession of inside/outside, far/near, dissipation/intensification. Literally and figuratively "Bourrasques" is an opening. It's a stunning way to commence Matins d'Ariège, a new release by Stéphane Marin. For two years Marin gathered sounds in the village of Fabas, embedded in the Pyrénnées Ariégeoises region of France, using mostly binaural and contact microphones. The results have been composed into a powerful evocation of place. These seven tracks are compact and efficient, demonstrating a highly tuned ear and a ruthless editing process. We get no tedious, indulgent soundscapes. (Though I also have time for those.) Everything lasts exactly as long as necessary; the emotional force of the composition is amplified as a result. "Trois averses" knits together the three rain showers of the title, into an expressive aleatoric catalogue. Each drop of liquid activates its environment. Towards the end of the track we hear insect stridulation and car tyres splashing in the puddles, as life on different scales ventures out of its hiding places. "Bourrasques" then returns, feet crunching through gravel, wind in the trees, gates creaking. But the context is different, and so our reception changes. In contrast to what has gone before, "L'Inquiet" evokes an interior landscape of geological significance, a low pass filter used to creative effect. The 28 seconds of "Bourre" is no padding, but a reprise of textures from two tracks previous. This insert demonstrates an overt, dramatic, compositional awareness. The artist describes this album as an "intimate, elementary and ecological auscultation of the place I used to live", fairly releasing reviewers such as myself from their descriptive obligations. So I will say nothing about "Brûle la nuit", exept that it is positioned at the end of this curated listening experience, where only it can be. Through overt technique and careful collation, Marin demonstrates how our own individual interventions in a landscape form that place as a response to our presence. No matter how intimately he knows the locale, Ariège did not come to Marin fully-formed, but as a variety of experiences and constraints that had to be navigated and shaped. With so many naive field recordings being offered up to our ears, it is refreshing to hear one that reflects this phenomenological truth. Galaverna is a digital music label based in Italy. It promotes an ethos of decrescita or sustainability by releasing only one work per season. If you were going to offer a single album every four months, then Matins d'Ariège would indeed be the one. Highly recommended. [Robert Parmar]